si simple.
OÙ TROUVER DES CONDOMS ET SE FAIRE
DÉPISTER POUR LES ITSS EN OUTAOUAIS.
S’INFORMER SUR LA SEXUALITÉ ET LA PRÉVENTION.
aime-toi.
OÙ TROUVER DES CONDOMS ET SE FAIRE
DÉPISTER POUR LES ITSS EN OUTAOUAIS.
S’INFORMER SUR LA SEXUALITÉ ET LA PRÉVENTION.
suis la tendance.
OÙ TROUVER DES CONDOMS ET SE FAIRE
DÉPISTER POUR LES ITSS EN OUTAOUAIS.
S’INFORMER SUR LA SEXUALITÉ ET LA PRÉVENTION.
c’pas négociable.
OÙ TROUVER DES CONDOMS ET SE FAIRE
DÉPISTER POUR LES ITSS EN OUTAOUAIS. S’INFORMER SUR LA SEXUALITÉ ET LA PRÉVENTION.

Dernières infos

Semaine nationale de prévention du VPH du 1er au 7 octobre 2017 - La vaccination est la meilleure des protections!

1 October 2017

 Le VPH est l’abréviation de «virus du papillome humain». Il y a plusieurs types de VPH. Ils se transmettent par un contact peau à peau pendant une relation sexuelle, même sans pénétration. C’est l’infection transmissible sexuellement la plus fréquente.

La plupart du temps, une personne ne sait pas qu’elle est infectée par un VPH parce qu’elle n’a pas de signes ni de symptômes. Elle risque donc de transmettre le virus sans le savoir.

Des verrues (condylomes) peuvent apparaître  sur les parties génitales des personnes qui ont contracté le VPH. Le traitement de ces verrues peut être douloureux et nécessite souvent plusieurs visites médicales. Certains VPH peuvent infecter le col de l’utérus et y entraîner des lésions qui peuvent devenir cancéreuses. Les VPH peuvent aussi causer d’autres types de cancer: vulve, vagin, anus, gorge, pénis.

Il existe un vaccin contre les VPH les plus fréquents. Le vaccin est offert en milieu scolaire aux garçons et aux filles en 4ème année du primaire. Cependant les personnes suivantes peuvent aussi le recevoir gratuitement:

– les filles de moins de 18 ans qui n’ont pas reçu le vaccin en 4ème année du primaire

– les hommes et les femmes âgés de 18 à 26 ans qui ont un système immunitaire affaibli ou qui sont infectés par le VIH

– les garçons et les hommes de moins de 26 ans ou moins qui ont ou qui prévoient avoir des relations sexuelles avec un partenaire de même sexe.

Pour toute question, communique avec le CLSC ou ton médecin.

Pour en savoir plus sur les VPH et la vaccination, consulte les sites suivants :

http://itss.gouv.qc.ca/virus-du-papillome-humain.dhtml

http://sante.gouv.qc.ca/problemes-de-sante/virus-du-papillome-humain-vph/

 

Commission jeunesse de la Ville de Gatineau au Challenge Underdog

15 September 2017

La Commission jeunesse (CJ) de la ville de Gatineau était présente au Challenge Underdog. Plus de 700 jeunes étaient présents pour assister à des parties de basketball d’élite et à des démonstrations artistiques.

La CJ poursuit son engagement dans la lutte aux ITSS et a saisi l’opportunité de cette rencontre pour, entre autres, distribuer des condoms gratuitement et faire connaître le site aime-toi.ca.

Campagne aime-toi // "making of"

27 June 2017

La préparation de notre activité de distribution de condoms gratuits!

Une belle initiative!

20 June 2017

Nous tenons à souligner l’initiative de Mme Carolle Carrière qui est infirmière scolaire à la Polyvalente Louis-Joseph-Papineau de la Commission scolaire au Coeurs-des-Vallées. Elle met de l’avant les articles promotionnels de la campagne aime-toi de très belle façon!

CISSS de l'Outaouais // Campagne aime-toi

26 May 2017

Sexualité et prévention

Quand on parle de sexualité et de prévention, la première chose qui vient souvent à l’esprit est de porter un condom. En plus du condom, il y a plein d’autres aspects qui contribuent à avoir une sexualité épanouie et en santé. Pour ne nommer que quelques exemples, l’estime de soi, le consentement, savoir comment éviter une grossesse ou reconnaître les relations d’abus sont tous des éléments importants où tu as le pouvoir d’agir.

Ce site tentera donc de répondre à tes questions sur la sexualité et tentera aussi de fournir des éléments de réflexion. Il comprend en plus une carte qui t’indiquera où trouver des condoms et où te faire dépister pour les infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) en Outaouais.

C’est quoi
le « sexe »?

Le mot « sexe » peut signifier plusieurs choses. L’une d’entre elles réfère à tout type d’activité sexuelle pratiquée sur toi ou avec une autre personne. Le sexe ne se limite pas uniquement à l’acte de la pénétration.
Pour en savoir davantage sur les différents types d’activités sexuelles (masturbation, sexe oral, rapport sexuel, etc.), consulte : http://www.sexandu.ca/fr/sexual-activity/what-is-sex/

L’excitation sexuelle

L’excitation sexuelle se produit pendant une activité sexuelle ou en prévision de celle-ci. Elle provoque une réponse du corps qui est différente chez les hommes et les femmes. Les sources d’excitation sexuelle ne sont pas les mêmes pour tous et peuvent culminer à l’orgasme. En moyenne, le temps nécessaire pour devenir excité et atteindre l’orgasme est plus court pour les hommes que pour les femmes. Le désir et l’excitation ne mènent cependant pas toujours à l’orgasme et ce dernier n’est pas une condition pour une vie sexuelle épanouie.

Tu peux consulter les liens Internet suivants pour mieux connaître les réponses du corps à l’excitation ou pour obtenir plus d’informations :

Prêt ou pas prêt?

Avant d’avoir des relations et/ou activités sexuelles, il est important que tu réfléchisses aux raisons qui t’incitent à le faire. Tu ne dois pas ressentir de la pression de la part des autres ni craindre de déplaire. C’est une décision qui n’appartient qu’à toi et tu dois être à l’aise avec celle-ci. Toi seul sais quand tu es prêt.

Pour des activités sexuelles sécuritaires, il est important de te renseigner sur les façons de te protéger afin, entres autres, de prévenir les ITSS et d’éviter une grossesse.

Le consentement,
c’est important!

Des personnes qui ont des activités sexuelles ensemble doivent toujours s’assurer qu’elles sont toutes les deux d’accord. Une personne ne peut consentir à une activité sexuelle si elle est intoxiquée (par l’alcool ou la drogue), inconsciente ou est incapable de s’exprimer.

Tu dois aussi être en confiance avec ton/ta partenaire et ne pas te sentir menacé. Tu as le droit de dire oui ou de dire non et de changer d’avis n’importe quand pour n’importe quelle raison. Il ne faut surtout pas te sentir forcé.

Embrasser ou caresser quelqu’un ne signifie pas que l’on consent à d’autres activités sexuelles. Il n’est pas nécessaire non plus qu’une personne résiste physiquement pour ne pas consentir, elle peut s’exprimer par ses paroles ou son comportement.

Sais-tu qu’au Canada, l’âge minimal du consentement à une activité sexuelle est fixé à 16 ans ? Il y a quelques exceptions pour les jeunes de moins de 16 ans. Tu peux visiter ce site pour plus de détails : https://www.educaloi.qc.ca/capsules/lage-du-consentement-sexuel

Cette vidéo t’aidera à mieux comprendre l’importance du consentement. On y compare les relations sexuelles au fait de prendre une tasse de thé. C’est très intéressant!

Le consentement : pas si compliqué, finalement!

Copyright : UQÀM.tv

N’oublie pas : tu as le droit de dire oui ou de dire non et de changer d’avis n’importe quand pour n’importe quelle raison.

C’est quoi une ITSS?

Les ITSS sont des infections qui se transmettent par voie sexuelle ou par le sang. Elles étaient appelées avant MTS (maladies transmises sexuellement), mais elles ont changé de nom car une maladie veut dire qu’il y a des symptômes, ce qui n’est pas toujours le cas avec une infection. Parfois on parlera d’ITS qui désigne les infections qui se transmettent uniquement par voie sexuelle. C’est le cas de la chlamydia, de la gonorrhée, de la syphilis, de l’herpès et du virus du papillome humain (VPH).

Une personne avec une ITSS peut donc ne pas se sentir malade mais être infectée et pouvoir transmettre l’infection à ses partenaires.

À chaque année, en Outaouais, plus de 1 000 personnes de 15 à 24 ans apprennent qu’elles ont une ITSS et ce nombre continue d’augmenter. En 2016, 60 % des cas de chlamydia ont été diagnostiqués chez des jeunes de 15 à 24 ans (677 cas sur 1124). De plus il y a eu 40 cas de gonorrhée (33%) et 6 cas de syphilis (20%) dans ce même groupe d’âge.

Certains comportements mettent particulièrement à risque d’ITSS, notamment ne pas utiliser le condom, avoir plusieurs partenaires, faire l’usage de drogue et avoir des relations sexuelles entre hommes.

Le condom, c’pas négociable.

Pour quelles raisons dois-tu utiliser un condom?

  • Mettre un condom c’est bon pour ta santé et celle de ton/ta partenaire. Ça permet de réduire les risques d’attraper une ITSS.
  • Mettre un condom ça peut faire durer le plaisir et la grande variété de condoms disponibles te permet de varier les plaisirs.
  • Mettre un condom c’est aussi un moyen de contraception très accessible.

Si ton/ta partenaire cherche des excuses pour ne pas utiliser le condom, visite ces sites pour savoir quoi lui répondre.

http://itss.gouv.qc.ca/avantages.dhtml http://itss.gouv.qc.ca/les-pires-excuses.dhtml

Le condom, c’pas négociable.

Pour quelles raisons dois-tu utiliser un condom?

  • Mettre un condom c’est bon pour ta santé et celle de ton/ta partenaire. Ça permet de réduire les risques d’attraper une ITSS.
  • Mettre un condom ça peut faire durer le plaisir et la grande variété de condoms disponibles te permet de varier les plaisirs.
  • Mettre un condom c’est aussi un moyen de contraception très accessible.

Si ton/ta partenaire cherche des excuses pour ne pas utiliser le condom, visite ces sites pour savoir quoi lui répondre.

http://itss.gouv.qc.ca/avantages.dhtml http://itss.gouv.qc.ca/les-pires-excuses.dhtml

Te protéger avec le condom, si simple.

Quand l’utiliser?

  • Lors des relations avec pénétration vaginale ou anale
  • Lors du sexe oral
  • Lors de l’utilisation d’objets sexuels

Le condom masculin

Où s’en procurer?

Les condoms s’achètent dans les pharmacies, certaines épiceries ou autres magasins. Plusieurs organismes communautaires, maisons des jeunes, écoles secondaires et post secondaires, CLSC et quelques cliniques médicales offrent des condoms gratuitement. De plus, des distributrices de condoms à coût réduit sont installées dans différents établissements en Outaouais. Pour connaître les lieux de distribution de condoms (gratuits et distributrices de condoms), clique sur le lien ci-dessus « Où trouver des condoms » qui te référera à une cartographie. Lorsque tu verras ce logo  sur des vitrines, portes ou autres endroits, cela signifie que ce lieu offre des condoms.

Comment l’utiliser?

Regarde cette vidéo :

Copyright : Centre des sciences de Montréal 2017

ou ces images : http://itss.gouv.qc.ca/le-bon-moyen-de-se-proteger.dhtml

Le lubrifiant

Utiliser un lubrifiant crée des sensations agréables lors des activités sexuelles et réduit aussi la friction, de sorte que la rupture du condom est moins probable pendant l’acte sexuel. Pour augmenter le plaisir et le confort, n’hésite pas si nécessaire, à lubrifier l’extérieur ou l’intérieur du condom (sur le bout du gland ou une goutte dans le bout intérieur- attention : trop de lubrifiant risque de faire “glisser” le condom).

Utilise toujours un lubrifiant à base d’eau ou de silicone avec les condoms de latex car l’huile ou la gelée de pétrole (Vaseline) peuvent endommager ou causer la rupture du condom.

Pour le sexe oral

Voir plus loin la section : Se protéger lors du sexe oral

Pour les objets sexuels

Lors de toute pénétration anale ou vaginale avec des objets sexuels, il est préférable que tu ne les partages pas. S’il y a partage d’un objet, il faut que tu recouvres celui-ci d’un condom et que tu le changes entre chaque partenaire.

Pour plus d’informations :

Le condom féminin

Il existe un condom que les femmes peuvent insérer à l’intérieur de leur vagin. Il peut être placé plusieurs heures avant la relation sexuelle.
Les condoms féminins sont moins accessibles que les condoms masculins. Tu peux parfois en trouver dans certaines pharmacies.

Pour savoir comment utiliser un condom féminin, visite ce site : http://preventionist.org/comment-se-proteger-des-ist/utiliser-un-preservatif

Protège-toi lors du sexe oral

Le condom masculin

Plusieurs ITSS peuvent se transmettre au cours du sexe oral (bouche-pénis, bouche-vulve et bouche-anus), même si la personne ne présente pas de symptômes. Utiliser un condom pour le sexe oral offre une bonne protection. Des condoms avec plusieurs saveurs sont d’ailleurs conçus pour ça.

Le carré de latex (ou digue dentaire)

A quoi ça sert?

Le carré de latex permet de te protéger lors des rapports avec la bouche (bouche-vulve, bouche-anus). Tu peux en acheter dans certaines pharmacies et dans des sex-shops, mais il est aussi possible d’en fabriquer un facilement.

Tu peux par exemple utiliser un condom découpé

ou encore un gant en latex découpé.

Source : Crips Île-de-France

Ces 2 vidéos te montrent aussi comment transformer un condom en carré de latex :

Comment l’utiliser

Place le carré en latex sur la vulve ou l’anus de ton/ta partenaire. Pendant la relation sexuelle, maintiens le carré en place avec les deux mains sans le tendre. Il faut absolument tenir le carré avec les mains, sinon il risque de bouger et d’être moins efficace.

Ne retourne pas le carré pendant la relation. Le carré de latex ne s’utilise qu’une seule fois. Jette le carré de latex à la poubelle après son utilisation et utilise un nouveau carré de latex à chaque nouvelle relation sexuelle.

Pour d’autres informations sur l’utilisation du carré en latex visite ce site. https://www.santemontreal.qc.ca/fileadmin/fichiers_portail/fichiers_portail/vivre_en_sante/maladies/shigellose/shigellose_digue_dentaire.pdf

Info dépistage des ITSS

Où passer des tests de dépistage?

Si tu désires te faire dépister, tu peux t’adresser à ton médecin de famille, l’infirmière de ton école ou à ton CLSC. Pour trouver un endroit où passer un test de dépistage, clique sur le lien en haut de la page « Où se faire dépister ».

Déroulement du dépistage

Tu n’as rien à craindre d’un test de dépistage. Bien souvent, un échantillon d’urine suffit. Une prise de sang ou un prélèvement de sécrétions peut parfois être nécessaire.

Lorsque tu iras passer un test de dépistage, il est important que tu répondes en toute honnêteté aux questions que te posera l’infirmière ou le médecin. Ces professionnels de la santé sont là pour t’aider et garderont confidentiels tous les éléments d’information dont tu leur feras part, y compris le nombre de partenaires sexuels que tu as eus ou toute activité sexuelle que tu as pu avoir. Dans quelques cas, il se peut ensuite que le médecin ou l’infirmière t’examine. Si tu es anxieux ou gêné, c’est normal que tu te sentes ainsi. N’hésite pas à lui en parler, il saura te mettre à l’aise.

Les types de tests de dépistage

On pourrait procéder à différents types de tests pour déterminer si tu as contracté une ITSS en fonction des informations que tu auras transmises au professionnel :

  • Prise d’échantillon d’urine : une procédure simple et sans douleur. Cette façon de faire est la plus fréquente. Tu n’auras qu’à uriner dans un petit flacon en plastique, que tu remettras au personnel médical sur place. La chlamydia et la gonorrhée sont des ITSS qui peuvent être détectées dans l’urine.
  • Prise de sang : on prélèvera une petite quantité de sang à l’aide d’une seringue. Les hépatites, le VIH et la syphilis peuvent être diagnostiqués au moyen d’une analyse de sang.
  • Autres prélèvements : dans certains cas, on pourrait prélever des sécrétions, par exemple dans le vagin, la bouche, la gorge, l’urètre ou le rectum. La majorité du temps, le prélèvement sera fait à l’aide d’un petit coton-tige. Ces prélèvements servent par exemple à diagnostiquer la chlamydia, la gonorrhée, l’herpès ou le VPH.

Les prélèvements sont ensuite envoyés à un laboratoire pour être analysés.

Les résultats du dépistage

Si le résultat du dépistage est positif, tu recevras de l’information sur l’infection lors d’un rendez-vous ou par téléphone. Le professionnel de la santé te remettra une prescription pour recevoir le traitement approprié gratuitement (avec ta carte d’assurance maladie) pour la majorité des ITSS. Ce professionnel t’aidera aussi à faire une démarche pour informer ton partenaire sexuel afin qu’il soit aussi dépisté et traité.

Si tu as d’autres questions en lien avec le dépistage, tu peux consulter le site http://itss.gouv.qc.ca/

Éviter une grossesse

La contraception sert à éviter les grossesses. Une grossesse peut survenir dès le début des premières menstruations (règles).

Il existe différentes méthodes de contraception. Il est important de bien t’informer sur les différents choix afin de t’assurer de trouver la méthode qui répond le mieux à tes besoins et ton mode de vie. Pour les connaître, consulte le site http://www.sexandu.ca/fr/contraception/.

Si tu as eu des relations sexuelles non protégées (ex. : oubli de la contraception, condom qui a percé, etc.) et que tu ne désires pas être enceinte, tu dois prendre une contraception d’urgence (pilule du lendemain ou stérilet) le plus rapidement possible pour éviter une grossesse. Tu trouveras plus d’informations à ce sujet sur le site http://www.sexandu.ca/fr/contraception/emergency-contraception/.

Si tu crois être enceinte, tu peux faire un test de grossesse urinaire disponible dans les pharmacies. Si ce test est bien utilisé et n’est pas passé trop tôt, il est efficace à 99%. Tu peux aussi consulter un professionnel de la santé si tu as un doute ou des questions.

Si une grossesse imprévue est confirmée, il est possible que tu sois indécise à continuer ou mettre fin à ta grossesse. Il est important de consulter rapidement un professionnel de la santé pour qu’il puisse t’expliquer les options qui s’offrent à toi et t’aider dans ton choix. Au Canada, il est possible d’interrompre une grossesse avec un avortement de façon sécuritaire et légale. Plus la grossesse est avancée, plus le processus sera compliqué, d’où l’importance de consulter rapidement. Cette décision difficile t’appartient et doit être faite sans pression de qui que ce soit.

Si tu as des questions ou pour connaître les ressources dans la région, va lire la section « Besoin d’aide ou de conseils? » un peu plus loin.

Découvrir les types de relations

Les relations sont toutes différentes, mais les relations saines ont au moins six choses en commun. Elles sont caractérisées par l’honnêteté, une communication ouverte, l’acceptation de soi et de l’autre, le respect, du plaisir mutuel et elles procurent un sentiment de sécurité.

Relation saine

Une relation sexuelle saine implique une bonne communication et de l’investissement. Elle devrait vous procurer du bien-être et se bâtir sur la confiance. Une bonne relation te permettra d’être toi-même et être en mesure de discuter s’il y a des problèmes. Exprimer ses besoins et ses attentes est important, cela t’aidera à avoir une relation sexuelle satisfaisante.

Relation qui appelle à la prudence

Certaines personnes ont des relations sexuelles avec une personne qu’elles viennent tout juste de rencontrer ou avec un inconnu. Dans ce cas, il y a plus de risques de malentendus ou d’imprévus, ce qui peut rendre difficile d’avoir des relations sexuelles sécuritaires. Cela expose donc à plus de risques d’ITSS ou de grossesse non planifiée.

Parfois, avec les réseaux sociaux, on peut avoir l’impression de faire confiance à quelqu’un avant même de l’avoir rencontré. Il faut bien sûr être vigilant. Pour plus de détails sur la sécurité en ligne : http://www.sexandu.ca/fr/consent/online-safety/

Relation d’abus

Une relation d’abus implique que tu sens que l’autre a un contrôle sur toi, tu as peur ou tu ne te sens pas respecté(e). Tu peux recevoir des menaces ou insultes, vivre de la jalousie, te sentir coupable, te faire blâmer, vivre de la violence, etc. Parle à un adulte de confiance ou consulte un professionnel de la santé si tu crois être dans cette situation, il pourra t’aider.

Pour plus d’informations : http://www.sexandu.ca/fr/sexual-activity/types-of-relationships/

Orientation sexuelle et identité de genre

L’orientation sexuelle est souvent définie par les types d’attirance sexuelle en fonction du sexe de la personne. Il y a plusieurs orientations sexuelles (homo, hétéro, bi, asexualité et pansexualité). Il se peut qu’elle ne soit pas évidente dès le début ou qu’elle change.

L’identité de genre réfère à comment une personne se sent à l’intérieur d’elle et s’identifie comme un homme, une femme, les deux, aucun des deux ou d’autres possibilités. Le genre peut être identique ou différent du sexe de naissance.

De nos jours, il existe encore de la discrimination et de la victimisation en lien avec la diversité associée à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre. Les stéréotypes sont un exemple parmi tant d’autres de cette forme de discrimination (l’image du gai efféminé ou de la lesbienne masculine, la phrase « t’es une tapette » en faisant référence à la peur ou à la faiblesse, etc.).

Le coming out (sortie du placard)

Suite à l’acceptation de soi, tu voudras probablement révéler ton orientation sexuelle ou ton identité de genre aux personnes qui t’entourent. Il peut être difficile voir bouleversant de t’ouvrir à ton entourage à ce sujet. Assure-toi d’abord d’être à l’aise et bien avec la personne que tu es. Pense à obtenir du soutien d’un proche de confiance, d’un groupe d’entraide ou auprès d’un intervenant. Il existe des organismes dans la région pour te soutenir, appelle au 811 pour les connaître.

Pour obtenir plus d’informations :

Zone info parents

En tant que parents, il est reconnu que vous êtes les premiers éducateurs à la sexualité de votre enfant. Les apprentissages qu’il réalise à la maison, dès son plus jeune âge, influenceront son parcours. Comme parents, vous êtes un modèle pour lui.

Les apprentissages réalisés à la maison peuvent, entre autres, faire référence ici à l’image corporelle, aux rôles associés aux garçons et aux filles, au partage des tâches entre les membres de la famille, aux stéréotypes.

Pour plusieurs parents, aborder la sexualité peut s’avérer plus difficile que pour d’autres. L’aisance à en discuter est souvent liée à plusieurs facteurs : les connaissances, les valeurs, les croyances, le malaise, la gêne, l’embarras. La littérature invite les parents à parler de sexualité dès le jeune âge en adaptant le discours et les sujets abordés au niveau de développement de leur enfant. De cette façon, à la période de l’adolescence, la communication s’en trouvera facilitée, elle sera ouverte et positive.

Comme parents, vous vous posez plusieurs questions telles que :

  • Quoi dire?
  • Quand le dire?
  • Comment le dire?

Dans cette section du site Internet, vous retrouverez de la documentation qui vous guidera et facilitera votre implication dans l’éducation à la sexualité de votre enfant (de 5 à 18 ans).

Capsules informatives vous informant des habiletés pouvant faciliter votre implication dans l’éducation à la sexualité de votre jeune : http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-001152/

Bulletins d’information thématiques vous permettant entre autres, de vous informer sur des sujets spécifiques reliés à l’éducation à la sexualité, sur des façons concrètes (trucs) pour vous impliquer auprès de votre enfant, et sur des ressources (livres, sites Internet) : http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-001151/

Dépliant pour le bal des finissants vous sensibilisant au rôle que vous pouvez jouer avant le bal et vous proposant des questions à adresser à votre jeune : http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/mosaik/16-314-02WF.pdf

Brochure Entre les transformations, les frissons, les passions… et toutes les questions vous permettant de discuter de sexualité avec votre jeune et vous donnant des outils pour que vous puissiez l’accompagner dans ses réflexions et pour mieux dialoguer avec lui. http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2014/14-307-01W.pdf

Besoin d’aide ou de conseils

En général, tu peux consulter ton médecin de famille, l’infirmière de ton école ou à ton CLSC. Si tu as besoin d’aide, tu peux aussi appeler Info-Santé (811) ou Tél-jeunes (tél. : 1-800-263-2266 ou texto : 514-600-1002), ils pourront répondre à tes questions et sauront où te référer au besoin.

À partir de 14 ans, l’autorisation des parents n’est pas nécessaire pour consulter un professionnel de la santé. Tout ce qui est discuté lors des rencontres demeure confidentiel. Tes parents ne seront pas mis au courant.

Contraception d’urgence et grossesse non planifiée

En plus des professionnels nommés plus haut, tu peux aller à la clinique des femmes de l’Outaouais (http://www.cliniquedesfemmes.com/) pour la contraception, la contraception d’urgence ou l’interruption volontaire de grossesse. Tu peux aussi consulter un pharmacien pour obtenir la contraception orale d’urgence sans prescription.

Si tu as besoin de parler à quelqu’un, il est possible d’appeler à SOS grossesse. Consulte leur site Internet pour plus de détails : http://sosgrossesse.ca/.

Préoccupations ou problèmes sexuels

Si tu as des préoccupations ou problèmes sexuels, un professionnel de la santé peut t’aider. Ce site Internet (http://www.sexandu.ca/fr/sexual-activity/concerns-sexual-problems/) parle plus en détail de ces sujets :

  • Relations sexuelles douloureuses
  • Éjaculation précoce
  • Dysfonctionnement érectile
  • Faible libido
  • Sécheresse vaginale
  • Dépendance sexuelle

Agression sexuelle

Personne n’a le droit d’imposer des relations sexuelles à une autre personne contre sa volonté. Tous les gestes ou formes d’agressions sexuelles sont criminels. Si tu as été victime d’une agression sexuelle ou crois l’avoir été, n’hésite pas à consulter les ressources disponibles qui t’accompagneront (professionnel du réseau de la santé et des services sociaux, organismes communautaires, corps policiers). Appelle le 811 (Info-Santé) pour connaître ces ressources dans la région.

Désolé, il n'y a pas d'emplacement pour les options sélectionnées.
Légende Condoms Dépistage
Où trouver des condoms
Où se faire dépister
Choisir une ville

Outils
pour les intervenants

Signaler un problème

Tu as des questions sur les lieux de distribution de condoms ou de dépistage? Tu souhaites nous informer qu’une distributrice est vide ou brisée?

Écris-nous ici :



Suivez-nous sur

Ce site est administré par la direction de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais

Merci aux collaborateurs

Cégep de l'Outaouais, Commission jeunesse Gatineau ainsi que tous les jeunes et intervenants ayant contribué à ce projet.

Note : Le masculin est utilisé pour alléger le texte, et ce, sans préjudice pour la forme féminine.
© 2017 aime-toi.ca